sept 30

Les nouvelles espèces du bassin du Grand Mékong en danger !

Espèces en danger !Le Fonds mondial pour la nature (WWF) a affirmé vendredi que pas moins de 163 nouvelles espèces végétales et animales avaient été découvertes en 2008 dans la région du Grand Mékong, mais qu’elles étaient menacées par le réchauffement climatique.
 
Parmi ces espèces figure une grenouille qui se nourrit de petits oiseaux et qui est restée inconnue des chercheurs alors qu’elle évolue dans une zone étudiée depuis 40 ans.
 
« Extinction de nombreuses espèces »
La zone du Grand Mékong englobe les pays traversés par le fleuve du nord au sud, de la région chinoise du Yunnan jusqu’au Vietnam, en passant par le Laos, la Birmanie, le Cambodge et la Thaïlande.
 
« Certaines espèces seront capables de s’adapter aux changements climatiques, d’autres non, ce qui risque de conduire à l’extinction de nombreuses espèces », a indiqué Stuart Chapman, patron du programme de la région du Grand Mékong pour l’organisation écologique.
 
Plusieurs découvertes
Le rapport de la WWF a été publié alors que commence lundi à Bangkok une nouvelle session de négociations de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques.
 
L’objectif est de préparer le sommet de Copenhague en décembre, qui vise un accord fondamental pour succéder au Protocole de Kyoto.
Les scientifiques ont découvert l’an passé 100 nouvelles plantes, 28 poissons, 18 reptiles, 14 amphibiens, deux mammifères et un oiseau dans cette région.
 
Un serpent a ainsi été découvert complètement par hasard sur une île au large du Vietnam par un scientifique qui observait un lézard. Son fils a alors remarqué le serpent juste à côté.
 
Une mine d’or
« On a attrapé le serpent et le lézard et les deux étaient de nouvelles espèces », raconte dans le rapport Lee Grismer, de l’université Sierra de Californie. La région du grand Mékong est une mine d’or pour les scientifiques qui ont découvert pas moins de 1.068 nouvelles espèces entre 1997 et 2007.
 
La WWF a souligné l’importance des négociations de Bangkok. « La protection des espèces menacées et des communautés vulnérables dans le Grand Mékong et ailleurs dans le monde dépendra des progrès effectués à Bangkok », a assuré Kathrin Gutmann, responsable du climat à la WWF. (belga/chds)

(Source : www.7sur7.be  25/09/2009)

Laisser une réponse