sept 30

L’agriculture doit augmenter de 70% d’ici 2050 !

L'homo Bio !

La production agricole mondiale doit augmenter de 70% d’ici 2050 pour nourrir la population de la planète, qui atteindra alors les 9,1 milliards de personnes, a estimé jeudi dans un rapport l’Organisation de l’ONU pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).
 
« La FAO fait preuve d’un optimisme prudent sur le potentiel du monde à se nourrir d’ici à 2050″, a indiqué Hafez Ghanem, sous-directeur général de la FAO. Toutefois, nourrir tout un chacun d’ici là n’est pas « automatique », à moins de relever plusieurs défis de taille, a-t-il ajouté.
 
La FAO a convoqué pour les 12 et 13 octobre un Forum d’experts de haut niveau pour discuter des stratégies à mettre en oeuvre pour relever ces défis. Le Forum, intitulé « Comment nourrir le monde en 2050″ rassemblera quelque 300 experts (universitaires, chercheurs, ONG, secteur privé) de pays développés et en développement. Il préparera le terrain à la tenue du 16 au 18 novembre d’un nouveau Sommet mondial sur la sécurité alimentaire.
 
La population mondiale doit passer de 6,8 milliards à 9,1 milliards en 2050, selon les dernières projections des Nations Unies, et l’essentiel de la croissance démographique se produira dans les pays en développement.
 
C’est en Afrique subsaharienne, que le taux de croissance sera le plus fort (+108%, soit 910 millions de personnes). En revanche, il sera le plus faible en Asie de l’est et du sud-est (+11%, soit 228 millions de personnes). La demande alimentaire va continuer à s’accroître du fait de la croissance démographique et de l’augmentation des revenus.
 
La production céréalière annuelle devra croître de près d’un milliard de tonnes (elle atteint aujourd’hui 2,1 milliards de tonnes) et la production de viande devra augmenter de plus de 200 millions de tonnes, totalisant 470 millions de tonnes en 2050, dont 72% seront consommés dans les pays en développement (contre 58% aujourd’hui), selon la FAO.
 
La production de biocarburants pourrait également doper la demande de produits agricoles, et ce en fonction des prix de l’énergie et des politiques gouvernementales. Les terres arables devront augmenter d’environ 120 millions d’hectares dans les pays en développement, principalement en Afrique subsaharienne et en Amérique latine.
 
Globalement, les disponibilités de ressources en terre sont suffisantes pour nourrir la future population mondiale, mais une grande partie des terres encore inexploitées souffrent de contraintes chimiques et physiques, de maladies endémiques et du manque d’infrastructures, autant de problèmes difficiles à surmonter. Il faut donc des investissements de taille pour les mettre en production.
 
Les prélèvements d’eau pour l’agriculture irriguée devraient augmenter à un rythme plus lent compte tenu de la meilleure efficacité d’utilisation de l’eau, mais ils progresseront néanmoins de près de 11 pour cent d’ici à 2050.
 
A l’échelle mondiale, les ressources d’eau douce sont suffisantes, mais réparties de façon très inégale, et le manque d’eau atteindra des niveaux alarmants dans un nombre croissant de pays ou de régions, en particulier au Proche-Orient/Afrique du Nord et en Asie du Sud. (belga/ca)

(Source :  www.7sur7.be   23/ 09 /2009)

Laisser une réponse