mar 15

Japon, vendredi 11 mars 2011.

Un séisme d’une puissance rare (le 4ème depuis 1900)provoque un tsunami dévastateur et meurtrier.

Venant du Pacifique une vague massive s’engouffre dans la ville Japonaise de Kesennuma (préfecture de Miyagi), une ville peuplée de 74.000 habitants.
Ce témoignage vidéo amateur est saisissant. Face à la force dévastatrice de la mer qui se lance à l’assaut des infrastructures côtières la conclusion s’impose une fois de plus. Nous ne sommes, les humains, qu’une petite partie de ce que l’on appelle la Nature. Il est grand temps d’en tenir compte et d’intégrer dans nos modes de vie et nos habitats plus de bon sens et de précaution afin d’anticiper les risques. L’écologonomie plutôt que l’économie pourrait aider les sociétés humaines à y parvenir. En attendant au Japon ce ne sont aujourd’hui que larmes et souffrances amplifiées dramatiquement par une catastrophe nucléaire en cours.

Il aura suffit que la planète une fois de plus s’ébroue, qu’un tsunami déferle et tout est balayé y compris nos certitudes de domination sur la Terre. Il est urgent maintenant de ravaler notre arrogance techniciste et scientiste sur la Nature. Cela suffit !

Trop de drames, trop d’injustices en découlent ! Le Japon est aujourd’hui non seulement terriblement impacté par la violence de ce tsunami mais il est en voie d’être à nouveau marqué au fer rouge des radiations nucléaires. Celles-ci sont inodores, indolores et incolores.

La partie de la population prise au piège risque donc d’être brulée et de développer l’aplasie médullaire.

Alors on essaie, malgré toutes les difficultés d’infrastructure occasionnées par le séisme et le tsunami, d’évacuer. On confine, on distribue de l’iode, on douche les sujets directement contaminés et l’on endigue, avec les faibles moyens dont on dispose et dans la mesure humaine du possible, la pollution.

Les centrales nucléaires, qui produisent une partie de l’électricité, répondent à l’exigence impérieuse et vorace du système productiviste d’une économie mondiale sans cœur et sans conscience. Par leurs développements tout autour du globe l’on a pris le risque de contaminer et sacrifier des populations entières sur l’autel du confort, de la consommation à outrance et de la richesse monétaire de certains. L’égo des tenants du nucléaire correspond à la démesure de la catastrophe japonaise. Ces scientifiques, ces industriels et ces politiques qui ont imposé et entretiennent ce modèle de production énergétique sont des personnes dites responsables !

Réalisent-ils que les centrales de l’atome ne sont finalement que des armes de pollution massive !

Seront-ils à même de faire amende honorable ? Seront-ils à même de réparer les dégâts ? Seront-ils à même de reconnaitre l’impasse mortifère que constitue le choix nucléaire ?

Seront-ils à même d’endosser la souffrance des citoyens japonais ?

La radioactivité n’a pas de frontières…nous sommes tous des citoyens japonais, nous sommes tous des citoyens planétaires !

Yvan Burtin

La catastrophe nucléaire !

http://www.youtube.com/watch?v=wGv0dvzgYco&feature=related

Laisser une réponse