Jun 02

Jusqu’à présent, les centaines d’exoplanètes répertoriées étaient soit trop chaudes soit trop froides, stériles, gazeuses ou dotées d’une atmosphère incompatible pour notre espèce.  Or, en scrutant dans la zone de vie d’un soleil lointain, Gliese 581, une équipe française du CNRS et de l’Institut Pierre-Simon Laplace (travaux publiés dans “The astrophysical Journal Letters“) vient de démontrer que sur l’une des planètes (pour l’instant nommée Gliese 581 d) de ce système, nous pourrions rencontrer des conditions de vie assez proches de celles que nous connaissons sur la Terre.

Voici donc une autre planète bleue potentielle située dans la constellation de la Balance à la bagatelle de 20,3 années-lumière !

Il est donc sérieusement envisagé d’entreprendre le voyage vers cette Terra incognita sur laquelle existent très certainement des formes de vies similaires et compatibles avec celles que nous connaissons.

Nous pourrions vraisemblablement y vivre !

Mais plutôt que de laisser une Terre pillée, polluée et dévastée derrière nous, peut-être ferions-nous mieux de réaliser l’Union Planétaire afin d’établir un modèle d’expansion humaine plus raisonnable, plus respectueux et plus fiable.

Un modèle social biosphérique exemplaire à suivre pour toute société planétaire en devenir, sur chacune des futures planètes que l’espèce humaine serait susceptible d’habiter…

Y.B.

Vidéo de présentation du voyage vers le système stellaire Gliese 581 :


Vidéo de présentation de la planète Gliza ( Gliese 581d) :


Gliese 581 est une étoile naine rouge possédant un cortège de planètes.
Située à 20,3 années-lumière de la terre “seulement”, on y a déjà repéré, entre autres, des petites planètes rocheuses, ce qui est un bon début.
Mais toutes les conditions n’étaient pas réunies pour faire de ces candidates des nouvelles terres.
Cette planète au diamètre estimé d’environ 1 fois et demie celui de la terre gravite autour de son soleil à une distance 14 fois inférieure à celle qui nous sépare de notre astre tutélaire.
Mais comme son soleil émet bien moins de radiations, sa température au sol varie de zéro à 40 ° C. On y a détecté du carbone, de l’eau en grande quantité, de la vapeur d’eau partout laissant augurer des océans et des phénomènes atmosphériques liés à l’évaporation. Son atmosphère brasse d’importants volumes d’oxygène, d’hydrogène et de carbone.
Cerise sur le gâteau, cette petite planète tourne par rapport à nous de telle façon qu’elle passe régulièrement devant ou derrière son étoile pendant quelques heures tous les trois jours et demi, ce qui permet d’effectuer de nombreuses observations sur ses caractéristiques générales et sur son atmosphère.

En 2050, c’est-à-dire demain, on aura des photos précises !

La 581 d a été découverte grâce au spectromètre HARPS opérant depuis un des télescopes de l’Observatoire spatial européen installé à La Silla au Chili.
Très précis, cet instrument a permis de détecter ces petites planètes avec la méthode des vitesses radiales : celles-ci trahissant leur présence par les variations qu’elles produisent sur les vitesses de déplacement de leur étoile.
Pour le moment, on effectue depuis les observatoires spatiaux des analyses fines des émissions spectrales représentatives de la composition des exoplanètes et de leur atmosphère. Et on essaie de modéliser des interactions atmosphériques en fonction de ce que nous savons de la terre mais aussi des grosses planètes à atmosphère dense.
Ainsi étudie-t-on la diffusion rayleigh, ce phénomène qui donne à notre ciel sa couleur bleue, tout en limitant le réchauffement excessif car une partie importante du rayonnement “bleu” est réfléchi dans l’espace.
La chaleur restante, si l’atmosphère s’y prête, peut pénétrer jusqu’au sol et chauffer la planète, permettant la circulation atmosphérique des masses d’air et de vapeur d’eau tout autour de la planète. Il semblerait que ces deux conditions idéales soient réunies sur 581 d.
Mais il existe un projet beaucoup plus ambitieux : le Redundant Linear Array mitonné par la NASA. C’est un télescope spatial interférométrique qui devrait permettre dès 2020 de voir des détails de l’ordre de 100 m sur des exoplanètes proches, jusqu’à 10 années lumière… Avec pour l’horizon 2050, une finesse permettant de photographier des détails de la masse d’un camion sur une planète comme “notre” Gliese 581 d.

Et en 2100, on ira voir !

Ce n’est ni de la S.F ni de la dépense spéculative inutile.
Dans un siècle, il y a fort à parier que notre planète aura fini d’épuiser ses ressources naturelles, et en outre elle sera surpeuplée, très polluée chimiquement et irradiée au point d’en devenir inhabitable. L’homme devrait aller s’installer ailleurs… Et d’ici là, on peut imaginer qu’on aura découvert à distance raisonnable (50 A-L) d’autres terres, peut-être plus avenantes que Gliese 581 d.
Sera-ce vraiment accessible et pour qui ? Dans les 100 ans à venir, il est peu probable qu’on mette au point la navigation subspatiale et la téléportation par des trous de vers.
Restons-en donc aux données établies de la physique quantique.
300.000 Km/seconde dans le vide est la vitesse de la lumière qu’on ne peut dépasser faute d’atteindre une masse infinie. Au delà, c’est une autre physique que nous sommes pour le moment incapables de concevoir. Mais rien n’empêche d’approcher le seuil fatidique à 90%.
Des propulseurs nucléaires à plasma (qu’on sait faire et qu’il suffirait de perfectionner) ou toute autre technologie à inventer, permettraient une accélération continue jusqu’à atteindre 280.000 Km/seconde.
Compte tenu du temps d’accélération et de décélération, le voyage durerait environ 26 ans. Mais à cette vitesse là, le temps ne s’écoule plus de la même façon.
48 heures sur terre correspondraient à environ une demi-heure pour les voyageurs.
Donc 48 h = 2880 ‘ / 30 = coefficient 96.
26 ans = 9490 jours / 96 = 98.
Au niveau du ressenti des voyageurs, le voyage durerait environ 3 mois.
Bien sur, s’ils revenaient après une exploration d’un an, il se serait écoulé plus d’un demi-siècle sur terre. Mais quel intérêt de retrouver un monde à l’agonie ?
Ce sera “one way ticket” surtout si on sait ce qu’on laisse et si on est à peu près sûr de ce qu’on va trouver.

Christian Navis

(Source : http://wikistrike.over-blog.com/article-une-autre-planete-bleue-a-20-annees-lumiere-gliese-581d-serait-habitable-74688661.html)

Laisser une réponse